parution février 2022
ISBN 978-2-88927-989-0
nb de pages 384
format du livre 105x165 mm

où trouver ce livre?

Sonia Molinari

Ne pas laisser le temps à la nuit

résumé

Maiko se réveille dans une clinique, une mystérieuse cicatrice au bas du dos et un souvenir lancinant dans sa mémoire en vrac : la disparition soudaine de son père, microbiologiste de génie. Ce mystère, Maiko devra le résoudre coûte que coûte pour se reconstruire, quitte à arpenter les quatre coins du monde, talonnée par d’inquiétants poursuivants. Une quête aux côtés d’une héroïne fragile, rebelle et attachante.

biographie

Sonia Molinari vit près de Neuchâtel, où elle enseigne le flamenco. Avant ça, elle a entre autres travaillé comme hôtesse de l’air et appris à parler cinq langues. Ne pas laisser le temps à la nuit est son premier roman, qu’elle a porté et peaufiné pendant six ans. Sonia Molinari dit qu’elle est spectatrice de ses personnages et de leur vie. Elle les observe et les transcrit avec l’intuition puissante d’une conteuse.

samedi 22 octobre 2022

Sonia Molinari à la Nuit des 1000 Questions (Bienne)

Informations à venir

En savoir +

Ajouter à mon agenda

Terre et Nature

"Sonia Molinari offre un récit au rythme soutenu et qui tient en haleine ses lecteurs. Les détails sont choisis avec soin, ajoutant une grande profondeur aux personnages, sans ralentir l’histoire : en tournant la dernière page, nous avons plus l'impression d'avoir visionné un film, que lu un livre..." Cléa Mouraux

Ne pas laisser le temps à la nuit

Disponible en poche

Maiko se réveille dans une clinique de Bruxelles, une mystérieuse cicatrice au bas du dos et un souvenir lancinant dans sa mémoire en vrac : celui d’une adolescence heureuse à Hong Kong, brisée le jour où son père, microbiologiste de génie, a été porté disparu.

La jeune femme entreprend de se reconstruire et se jette à corps perdu sur les traces de son père. Même s’il lui faut arpenter les quatre coins du monde en hôtesse de l’air, talonnée par d’inquiétants poursuivants.

Dans ce récit d’une quête autant que d’une fuite en avant, Sonia Molinari saisit avec talent atmosphères et personnages, qu’elle observe et transcrit avec l’intuition d’une conteuse. C’est sans hésiter que l’on s’embarque à la suite de son héroïne rebelle et fragile.

Ne pas laisser le temps à la nuit: extrait

"Quand les passagers eurent quitté l’appareil, Jade et Maiko se rendirent au terminal avec le reste de l’équipage. Sur le chemin, le maître de cabine demanda :

– Alors Eva, comment s’est passé ce vol ?

– Elle a assuré ! répondit Jade.

En attendant leurs valises, ils échangèrent encore quelques mots et au moment de se dire au revoir, une fois qu’elle eut salué tout le monde, Jade prit Maiko dans ses bras.

– Ça a été un plaisir de travailler avec toi, Eva. J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir sur un autre vol.

– Moi aussi j’espère que nos chemins se croiseront bientôt, répondit Maiko.

La fraîcheur et l’insouciance avaient déserté les grands yeux bleus de Jade. Ses démons ; à quoi ressemblaient-ils ?

L’horloge du hall principal indiquait 8 h. Dans la lumière rasante du matin, Maiko suivit du regard la silhouette de Jade qui se dirigeait vers la sortie. Elle sentit un vide se créer autour d’elle, hésitant à chaque seconde entre suivre son plan initial ou courir après la seule personne capable de la comprendre. Elle demeura immobile, la regardant s’éloigner comme un pétale de fleur posé sur une rivière, emporté par le courant. Jade avait disparu."