parution octobre 2024
ISBN 978-2-88907-410-5
nb de pages 512
format du livre 105x165 mm

où trouver ce livre?

Acheter en version eBook :
en Suisse / en France

Annemarie Schwarzenbach

De monde en monde Reportages 1934-1942

Traduit de l'allemand par Dominique Laure Miermont-Grente Nicole Le Bris

résumé

D’Istanbul à Persépolis, de l’Europe centrale à New York, de Lisbonne au Congo, Annemarie Schwarzenbach a rendu compte avec un zèle infatigable du monde des années 1930, jusqu’au cœur de la Seconde Guerre mondiale. Les soixante articles réunis ici et enrichis de photographies révèlent son ouverture à l’autre et son sens aigu de l’observation.

Avec des photographies d'Annemarie Schwarzenbach

biographie

Ecrivain, archéologue, Annemarie Schwarzenbach (1908-1942) fut aussi journaliste et photographe. Ses reportages la menèrent sur les routes du monde, d’Istanbul à Persépolis, de l’Europe centrale à New York, de Lisbonne à Brazzaville, de Madrid à Tanger. Les grands lointains l’attiraient irrésistiblement, mais elle ne perdait jamais de vue le dramatique combat du moment en Europe, la lutte contre le nazisme.

Les Forces de liberté. Écrits africains 1941-1942

En mai 1941, Annemarie Schwarzenbach embarque à Lisbonne pour le Congo, devenu désormais le cœur de la France libre. Mais en Afrique la guerre de propagande fait rage entre l’Allemagne d’Hitler et la Résistance. Débarquée à Brazzaville dans l’espoir de rallier les « Forces de la liberté », la journaliste est suspectée d’être un agent nazi, et n’échappe pas à la censure.

Les Forces de liberté regroupe des textes écrits par Annemarie Schwarzenbach au cours des neuf mois et demi que dure son voyage. Pour la plupart inédits en français, ces reportages, récits et poèmes interrogent son rapport à la vérité, tout en donnant à lire la réalité peu connue du continent africain durant la Seconde Guerre mondiale. Ils accueillent aussi l’évocation de parfaits moments de plénitude, la description de contacts miraculeux avec le fleuve, la jungle et la brousse.

Introduction et postface de Nicole Le Bris.

Inclut un cahier de photos prises par Annemarie Schwarzenbach au Congo.

Traduit de l'allemand par Dominique Laure Miermont-Grente et Nicole Le Bris
De monde en monde Reportages 1934-1942

Ecrivain, archéologue, Annemarie Schwarzenbach (1908-1942) fut aussi journaliste et photographe. Ses reportages la menèrent sur les routes du monde, d’Istanbul à Persépolis, de l’Europe centrale à New York, de Lisbonne à Brazzaville, de Madrid à Tanger. Les grands lointains l’attiraient irrésistiblement, mais elle ne perdait jamais de vue le dramatique combat du moment en Europe, la lutte contre le nazisme.

 

Entre 1934 et 1942 elle a publié, dans la presse quotidienne et les magazines, près de trois cents articles dont soixante sont présentés ici. Les rédactions de l’époque appréciaient son professionnalisme, ses connaissances d’historienne, la pertinence de ses questions, son style tour à tour alerte et poétique, l’humanité du regard qu’elle portait sur le monde des années 30.  Arnold Kübler, rédacteur de la revue Du, témoigne : «Ses qualités personnelles et sa position sociale privilégiée assuraient à Annemarie Schwarzenbach des appuis dans le monde entier, et elle s’en est servi pour son travail. Elle avait facilement accès aux gens influents, mais elle s’efforçait par ailleurs de rencontrer ceux qui ne le sont pas, ceux dont la vie se déroule dans une étroite sujétion, les exclus, les laissés-pour-compte, les gens simples.»

Traduit de l'allemand par Dominique Laure Miermont et Nicole Le Bris

Lettres à Claude Bourdet (2007, domaine allemand)

Lettres à Claude Bourdet

 

Les lettres d’Annemarie Schwarzenbach (1908-1942) à son ami Claude Bourdet - futur grand Résistant et journaliste politique qui deviendra en 1950 l’un des fondateurs de l’ancêtre du Nouvel Observateur - permettent de suivre l’évolution de cette femme écrivain, journaliste et photographe depuis ses premiers pas en littérature jusqu’à la veille de son fameux voyage Genève-Kaboul en voiture avec Ella Maillart. Certes, la voix de Claude Bourdet manque cruellement – ses lettres ont été détruites par la mère d’Annemarie après sa mort -, mais elle n’est pas totalement absente, car on en trouve des échos passionnants dans ses lettres à sa mère, la poétesse Catherine Pozzi, dont se nourrissent les notes du présent ouvrage, et dans un texte émouvant qu’il écrivit en son souvenir et qui est publié ici pour la première fois dans son intégralité.

 

Au fil de ces lettres, envoyées des quatre coins du monde, se révèlent les multiples et parfois surprenantes facettes de la personnalité d’Annemarie Schwarzenbach : femme engagée dans la lutte contre les nazis et contre toute idéologie, femme secrète, torturée par les doutes et un mal-être profond, femme de terrain, toujours ouverte au monde, femme d’une brûlante actualité, éprise de liberté, vivant au rythme de l’écriture et d’incessants départs.

 

Edition établie, traduite et annotée par Dominique Laure Miermont.

Traduit de l'allemand par Dominique Laure Miermont

Bleu immortel. Voyages en Afghanistan (2003, domaine français)

Bleu immortel. Voyages en Afghanistan

En 1939, Annemarie Schwarzenbach et Ella Maillart arrivèrent en Afghanistan après avoir traversé, en voiture, les Balkans, la Turquie et l'Iran. Un goût commun pour les pays lointains avait rapproché la photographe journaliste et l'exploratrice écrivain. De ce voyage elles rapportèrent leurs impressions, transcrites en textes et en photographies. Près de quinze ans plus tard, Nicolas Bouvier suivait leur route jusqu'en Afghanistan, via le Bélouchistan et Kandahar, avant de poursuivre vers le Japon en passant par l'Inde et Ceylan. C'est la première fois qu'un livre réunit les écrits et les photos de ces trois écrivains voyageurs, suisses et célèbres. Leurs regards sur l'Afghanistan, à la fin des années 30 et au début des années 50, sont précieux aujourd'hui où l'on tend à ne plus voir, de ce pays, que l'époque des talibans. Et leurs textes sur le goût du voyage en disent plus sur leurs ressemblances que sur leurs différences: ils sont habités par une géographie de l'infini.

De monde en monde Reportages 1934-1942: extrait

Noël syrien, National-Zeitung, 8 janvier 1934

Le froid s’installa en Syrie du Nord la veille de Noël. Quelque temps plus tôt encore, le vent seul était froid, l’air était aussi doux que chez nous au début de l’automne, et le soleil chauffait les murs abrités des maisons. Puis vinrent plusieurs jours d’averses ininterrompues; les lits asséchés des rivières se remplirent, les routes furent inondées. Entre Alep et Alexandrette une partie de la voie s’effondra, et la distribution du courrier fut interrompue jusqu’à ce que les ouvriers arabes aient remblayé le trou, profond de deux mètres. Quant au chemin qui reliait la maison de la mission au village arabe de Reyhanli, il s’était transformé en un cours d’eau large et torrentiel. Hussein, le chauffeur, tenta de se rendre au bourg en utilisant de grandes planches, mais il fit demi-tour au bout d’une heure, trempé jusqu’aux os. De l’autre côté du torrent les petits Arabes du village jetaient des pierres dans l’eau, qui les emportait comme des fétus de paille.
Le second jour un Arabe réussit à traverser le torrent à cheval. Et dans l’après-midi nous pûmes aller avec la Ford jusqu’au village.
Puis vint le froid. L’eau gela dans les champs et se prit en grandes mares lisses et bleuâtres. Dans la maison de la mission, un grand feu brûlait toute la journée dans la cheminée de la grande salle; les vitres embuées laissaient entrevoir la plaine glacée sous le soleil, sur un fond féerique de montagnes enneigées. Car durant la nuit la première neige était tombée là-haut.